Test du combo pneu RoRo-RaRa

Partager cet article :

Schwalbe, c’est la marque pneu incontournable. Innovante et réputée, ne pas y gouter devenait difficile. C’est chose faite à présent. Et c’est cool !

En théorie

Véritablement orientés VTT XC, ces deux pneus sont souvent montés d’origine à partir de vélo milieu-de-gamme. La palme au Racing Ralph (nommé RaRa) qui se voit tant à l’avant qu’à l’arrière. Le Rocket Ron est plutôt réservé à un pneu avant : il est mieux cranté mais aussi plus léger. Et plus fragile, donc… Selon Schwalbe, le RoRo est prévu pour un usage mixte alors que le RaRa est déconseillé en terrain meuble.

Avant ce test, j’utilisais un Maxxis Ignitor en 2.3 à l’avant et un Specialized Ground Control en 2.1 à l’arrière. Le Ground Control m’a donné entière satisfaction. Rien à signaler si ce n’est un flanc déchiré (sur un pneu neuf !) mais l’entaille était modérée et grâce au préventif, la pression est restée à 0.7 bar. C’est faible, mais en tubeless, ça passe. Le Ignitor est un bon pneu en terme de maintien. Il est crocheur, débourre facilement, mais… qu’est-ce qu’il est lourd ! Presque 700 g en Tubeless Ready (TR) alors que le Rocket Ron, en TR & Flancs renforcés, c’est 605 g

A l’arrière, les différences, sur le papier, sont moins nombreuses et c’est surtout le besoin de changer un pneu en bout de vie après 1’300 km (quand même !) qui m’a fait tenter l’opération.

Mise en place

Rocket Ron (RoRo)

Disons le tout de suite : mettre en pression des pneus tubeless, c’est pas « naturel ». Pour m’aider, j’utilise un Zefal Tubeless Tank qui permet d’envoyer le contenu de 1L d’air à 10 bar en un très court

 

instant. Si le RoRo a facilement été monté, il m’a fallu ajouter une sangle autour du RaRa qui avait de la peine à plaquer. J’ai ajouté 60 ml de préventif dans chaque pneu. Rien à signaler après une nuit entière, la pression est restée constante.

L’épreuve du terrain

Je commence par la fin : j’adore cette combinaison… C’est dit. Sur route ou terrain dur, ces deux pneu mon semblé très roulant. Rien qu’au bruit, le RoRo et le Ignitor, c’est deux mondes différents. En terme de poids aussi : les 100 grammes sur des jantes en carbone, c’est valable. C’est à chaque fois toute cette inertie de moins à vaincre sur une accélération.

Racing Ralph (RaRa)

 

Les passages dans les bois sont aussi un plaisir : ces pneus sont assez souples sans être mou. Ils travaillent correctement, s’écrasant sur les racines pour mieux les enrouler. C’est principalement sur les passages de rigoles que je me suis rendu compte que le choc était moins « sec ». Enfin, dans les conditions boueuses,

La Glânoise m’a servi de test – même si tester sur une échéance, c’est mal. Clairement, la boue, ça n’est pas leur point fort. Le RoRo débourre facilement, mais les crampons ne sont pas assez marqués sur le milieu de la bande de roulement, rendant les trajectoires rectiligne parfois hasardeuses. En virage, les deux ont un comportement similaire : ils décrochent (assez rapidement pour le RaRa), mais tout en douceur, laissant tout le temps au pilote de gérer le passage sans stress.

 

Mon avis

Sincèrement, je pense faire une bonne partie de la saison avec eux. Ils sont suffisamment polyvalents pour rester monté encore quelques semaines. A moins de participer à un Mud Day à VTT, aucun intérêt de changer. A part… Ces pneus sont réputés fragiles, raison pour laquelle on n’en voit pas ou peu sur des raids de montagne, là où les pierres sont un peu plus agressives, où les distances plus longues et où 1 crevaison c’est assez, 2 c’est trop…

 

Partager cet article :