La chasse est ouverte !

Partager cet article :

Ça y est, la saison de la chasse aux cyclistes à débuter. Avec le soutien actif du BPA et de la Police Vaudoise. (Spolier : c’est pas nous, c’est les autres !)

Oui, il y a (trop) de cyclistes qui composent avec le code de la route de manière arrangeante, pour ne pas dire aléatoire. Et bien sûr, ces comportements augmentent le risque d’accident, provoquant logiquement des situations inattendues pour les autres usagers de la route – voitures, piétons mais aussi… cyclistes ! Et pour inciter les principaux concernés à se mettre au pas, la BPA et la Police cantonale vaudoise ont mis sur pied une campagne de sensibilisation appuyée d’une vidéo choc…

Si je ne peux qu’approuver le message qui rappelle aux cyclistes leurs responsabilités, je suis surpris de la réaction de certains automobilistes qui utilisent cette campagne pour stigmatiser les usagers de la vielle dame et hurler à qui veut l’entendre que “à chaque fois que je croise des cyclistes, j’ai envie de les shooter” ou que “les cyclistes, ils se croient tout permis”… Il serait bon de rappeler à tous les usagers de la route que chacun doit rester maître de son véhicule en tout temps. C’est à dire quel que soit le contexte. Et donc, que les incivilités commises par des cyclistes ne sont pas un blanc-seing accordé aux automobilistes.

Le premier chiffre fourni par la police est révélateur. Si “Près de 50% des accidents de vélo sont causés par les cyclistes eux-mêmes”, c’est que plus de 50% des accidents ne sont pas causés par les cyclistes, faut-il le rappeler. La dessus, les informations du BPA (p.38) sont très claires :

Les cyclistes qui ont une collision grave sont des victimes innocentes dans plus de la moitié des cas (55%). Ils sont seuls responsables de 29% des collisions, et le responsable principal ou le coresponsable de 16% d’entre elles. La part des collisions graves subies par les cyclistes dans les giratoires est particulièrement importante. Dans 89% des cas, les usagers antagonistes sont seuls responsables.

Faut-il aussi rappeler que lorsqu’un cycliste est impliqué dans un accident, il ne sort jamais gagnant !? Une erreur, volontaire ou pas, d’un cycliste engage sa propre vie. Ce qui n’est pas le cas d’un automobiliste. Michele Scarponi est décédé le 22 avril 2017, tué par un chauffeur. Qui ne l’a pas vu, comme ça, simplement. Petite pensée particulière aux conducteurs qui jugent que lire ses emails peut se faire en conduisant. Ou celui qui, pour ne pas perdre 15 secondes sur son trajet, estime sans danger un dépassement alors qu’un véhicule arrive en face, à condition de serrer un petit peu, bien sûr…

Alors, bien sûr, le cycliste est un usagé de la route comme les autres, avec son lot de comportements erronés. Bien sûr, une vidéo caricaturale permet d’ouvrir la discussion. Mais cette discussion doit être encadrée pour que chacun soit confronté à ses propres travers et aux dangers qui sont ainsi provoqués. Nous sommes malheureusement très loin de cette saine discussion…

Partager cet article :
Share

Miguel

Grand amateur de VTT depuis 2011, de course à pieds - de préférence en plein nature.

You may also like...