Il se passe quoi en 2018 ?

Partager cet article :

Courte ou longue ? Aller, longue … Mais pas trop, je ne veux pas t’assommer !

Du côté du blog, j’ai eu beaucoup de plaisir à l’alimenter l’année passée et compte être un peu plus assidu dans la fréquence de rédaction. Tu peux aussi déjà me suivre sur mon compte Instagram que j’alimente toujours avec plaisir. Et de manière très régulière aussi.

En 2018, je change de catégorie UCI et passe chez les jeunes vieux (ou vieux jeunes ?) en Master 2 pour ma deuxième participation à la coupe fribourgeoise. Le niveau y est toujours aussi élevé, il me faudra donc continuer à travailler dur. Je tâcherai de revenir avec mon programme d’entrainement et du comment j’y suis arrivé. Pour l’instant, je me concentre sur ces sorties qui font du bien et sur le HT quand la météo n’est pas compatible. A 2 mois des premières échéance, j’ai réussi à refaire ma forme de fin de saison en ce qui concerne mon profil de puissance. Il me reste encore deux mois pour consolider tout ça.

Cette coupe fribourgeoise débute le 6 mai avec le contre-la-montre de l’Arbogne, puis c’est la triplette 19 mai (La Glânoise), 27 mai (Farzin Bike) et 3 juin (Elsa Bike). C’est aujourd’hui cette dernière course que je n’ai pas officiellement “au programme”, ayant encore un contentieux avec le parcours… à voir si je tente la revanche. Est-ce que j’ose parler objectifs ? Un (ou plusieurs) top 10 “caté” en course me semble réalistes. La Glânoise 2018 étant aussi la course du championnat romand, c’est celle-là qui est en ligne de mire de mon planning. C’est la course à la maison, elle devrait bien se passer .

Le choix de ces courses, bien que guidé par le calendrier de la coupe fribourgeoise, n’est pas si simple. Le format d’une Glânoise, moins de 2h et très nerveuse, est bien différent d’un contre-la-montre de 10 km fait un moins de 30 minutes, ou d’une BerGiBike, plutôt roulante mais d’une durée visée de 4h30 – 5h ! Dans l’idéal, il faudrait que chaque course permette de mieux construire son entrainement pour la course suivante, sans faire de casse irréparable, tant du point du vue forme que matériel.

L’année dernière, j’ai oeuvré en tant qu’aide moniteur au sein du club cycliste La Pédale Bulloise. Les moments passés avec ces 10-12 ans aura eu raison des quelques réticences qui me freinaient à m’engager plus sérieusement. Et donc, en 2018, mon implication sera renforcée vu que je suivrai un cours J+S VTT pour développer mes compétence dans l’encadrement. Tout ça pour des jeunes terreurs qui ne demandent qu’à s’améliorer. 

Et, enfin, 2018, c’est aussi #newbike  ! Mais ça, ça sera un autre article !

Partager cet article :