Des vacances reposantes

Partager cet article :

J9 et 10 : j’ai donc décidé de profiter de la région, sans avoir a recommencer une course contre la montre pour rentrer à l’heure. Pour autant, ces deux jours seront actifs : 100 km au compteur à chaque fois !La région du Mont Saint-Michel est en bordure de la zone du débarquement. Il est donc facile de visiter des lieux chargés d’histoire moderne ! Le cimetière américain et anglais de St-James par exemple. Plus de 4’400 tombes, dans un jardin à l’herbe digne de Wimbeldon, à l’alignement original (pas que des droites !). Et, un mémorial, qui ressemble à une église de l’extérieur mais avec l’histoire du débarquement.

20150809_113103

Direction Avranches, ensuite, avec un petit détour par le Carré militaire marocain de Montjoie Saint Martin (commune qui abrite aussi le cimetière de St-James…) pour y voir ce carré musulman de soldats morts en combattant pour la France lors de la 2e guerre mondiale. Intégré directement au cimetière communal, au pied de l’église, ce genre de vue est originale dans une France bien catholique.

Enfin, retour au Mont Saint-Michel en passant par le Mausolée du Mont d’Huisnes. Là, c’est les dépouilles de presque 12’000 soldats allemands qui y sont regroupées. Ce lieu est moins aérien que St-James, mais il reste très digne. Les allemands ont cette capacité de présenter les choses factuellement, sans fausses émotions, en regardant vers l’avant sur les bases de ce qui c’est passé.

20150809_180300

Et voilà pour J9 🙂 J10, c’est Saint-Malo avec, là encore, un détour par un champs de Menhirs. Ils n’ont pas l’air gros, mais c’est des sacrés pelleux ! J’aime ces lieux improbables, peu fréquentés, que seuls les cyclistes qui ont le temps de lire les panneaux indicateurs peuvent trouver.

20150810_100137Enfin, Saint-Malo… et, pour J11, le retour en train via Paris

Ces deux jours de promenade auront été un luxe fantastique. Lever, manger, promener, selon uniquement mes envies, égoïstement. Quel bien ça fait. Alors, oui, ces vacances auront été reposantes. Pas physiquement, non. Mais dans la tête, n’avoir rien d’autre à penser que d’avancer, de regarder. Et passer toutes ces heures avec soi-même, à faire le tour de ses idées, positions… Quelles belles vacances !

Partager cet article :
Share

Miguel

Grand amateur de VTT depuis 2011, de course à pieds - de préférence en plein nature.

You may also like...