2e manche de la coupe fribourgeoise : La Glânoise

Partager cet article :

La Glânoise, c’est un peu la course à domicile, c’est là que je laisse le plus souvent trainer mes roues de VTT. Pourtant, ça aurait pu être une contre-performance monumentale…

Après des semaines d’entraînement plutôt chargées, j’arrive à quelques jours de cette course en réalisant de bons entrainements, mais je vois que le cardio ne monte pas comme il devrait. C’est clairement un signe de fatigue ! Quelques entrainements qualitativement intenses étaient prévus mais j’ai décidé de tenir compte de cette information et de réduire fortement la voilure afin de pouvoir me reposer. A 5 jours de la course, je replanifie la suite et conserve une sortie tranquille avec les collègues le jeudi et une séance déblocage le vendredi, histoire de me rassurer.

Puis samedi, c’est jour de course. Le matin, j’encadre les juniors, me déplace un peu ici et là pour encourager. Les jambes sont bien, le cardio suit. Puis, après le dîner, échauffement : là aussi, tout l’organisme est prêt : je peux partir en confiance  Je fais en sorte d’arriver tout de même assez tôt dans le box de départ pour pouvoir me placer correctement – enfin, pas trop mal. Le départ est donné pile à l’heure. Et ça part très vite. Vu les flopées de cyclistes que je dépasse, je me dis que, soit je n’étais pas si bien placé dans le box, soit je vais exploser dans un moment. J’arrive à me placer en queue du premier gros peloton sur les premiers kilomètres, très roulant. A l’attaque de la première difficulté, après 3 minutes de course, je me retrouve entouré de gens. Je pense que dépasser va être compliqué, mais non : « à gauche », « droite » et les concurrents jouent aimablement le jeu. Je profite aussi de la connaissance du parcours pour contourner les grappes de cyclistes posant le pied au passage d’une zone boueuse, en sautant dans le côté raviné du chemin (il y a une jolie marche, mais ça passe).

Le terrain est excellent malgré la météo des derniers jours : tendre pour bien pouvoir y planter les crampons, mais suffisamment ferme pour ne pas glisser. Bien sûr, les portions humides à l’année sont, elles, de véritables pièges. Que je réussi à passer, en toute délicatesse. Pour une fois. En m’offrant même le luxe d’y effectuer quelques dépassements. Bref, les difficultés sont passées les unes après les autres. Après 25 km, j’ai tout de même un coup de mou sur une montée que je sais pénible – elle est raide et la première portion est tapissée de gravier grossier qui rend le chemin glissant. Je me surprends à mouliner sur le pignon de 50 mais me ressaisis rapidement pour rester au contact des sportifs qui m’entourent. Et même passer devant pour ne plus les revoir.

La bonne opération du jour a lieu à 7 kilomètres du but, où je rejoins un de mes concurrents directs au classement de la coupe fribourgeoise. Après avoir suivi sur la dernière « longue » montée, je décide de passer devant sur la fin de cette côte et prend le contrôle, la suite étant majoritairement roulante mais avec peu de réelles opportunités d’attaquer. Il ne me faudra rien lâcher sur les coups-de-cul qui viennent. A l’avant-dernier coup-de-cul, il est derrière moi. Encouragé par mes amis à cet emplacement, je décide de placer une grosse accélération : efficace, il ne suit pas. Dernier coup-de-cul, celui où, en 2017, un missile avec qui je bataillais m’avait posé une énorme mine, personne derrière moi. Il reste une descente et le champ à traverser dans le sens montant : je me retourne et voit que l’écart se réduit. Les dents serrées, le rythme est forcé, maintenu, sans rien lâcher. Je guette l’arrière et vois que ça ne suffit pas, il se rapproche inéluctablement de moi et moi de l’arrivée. Une fois le haut du champ atteint il reste 100 m à redescendre : il est à 4 ou 5 secondes, je sais que j’ai fait le boulot. Et passe la ligne d’arrivée en 1h43, soit 11 minutes de moins qu’en 2017, me plaçant 59e/266 au scratch à 17 minutes du vainqueur. Et 14e/100 dans ma catégorie, à 12 minutes du premier.

Content 

Statistiques de course :

  • FC moyenne : 181 bpm | max : 191 bpm
  • Vitesse moyenne : 22.0 km/h | max : 60.8 km/h
  • Puissance moyenne : 235 W (estimation Strava)

https://www.strava.com/activities/1581916245


Quelques mots au sujet de l’organisation

  • Tarifs :
    • Adulte : 35 CHF
    • Enfants (Soft et Cross) : 10 CHF
  • Souvenirs :
    • Une paire de chaussette techniques aux couleurs de La Glânoise – une seule taille, y compris pour les enfants
  • Ravitaillement :
    • 2 ravitaillements en course avec fruits, eau et isotonique – les bénévoles tendent les verres aux coureurs.
    • Ravitaillement à l’arrivée avec eau, thé froid, fruits et yaourts divers et variés
  • Chronométrage : à puce (MSO)
  • Organisation :
    • pas d’attente, tout est préparé
    • places de parc en suffisance,
    • WC-Douche à 300m du départ
    • Zone de nettoyage des vélos à proximité
    • Petite place de fête au départ/arrivée avec largement de quoi boire et manger dans une sympathique ambiance
Partager cet article :